EOS M50 : enfin un appareil photo hybride Canon qui supporte la 4K !

Il fallait bien que cela finisse par arriver : avec l’EOS M50 annoncé aujourd’hui Canon finit – enfin ! – par intégrer la vidéo 4K dans un de ses appareils photo

grand public. Hybride à capteur APS-C qui se place un peu en-dessous de l’EOS M5 que nous avons testé l’an dernier, l’EOS M50 est cependant plus moderne dans l’électronique. Et marque peut-être, nous l’espérons, un réveil du géant Canon.

La base technique est assez proche de l’EOS M5 avec un capteur APS-C 24 Mpix qui utilise la technologie Dual Pixel, avec une plage ISO allant de 100 à 6400 ISO (ext. 51.200 ISO), un obturateur mécanique au 1/4000e, 149 points AF et une rafale allant de 7,4 i/s (avec suivi) à 10 i/s (sans suivi). Une rafale un peu atrophiée (10 images RAW, 33 en jpeg), mais suffisante pour un usage élémentaire. Heureusement, à cette partition classique Canon ajoute quelques petites choses.

Un boîtier plein de « premières fois »

L’EOS M50 est le premier boîtier Canon à utiliser un nouveau format RAW depuis longtemps : exit le CR2, bonjour le CR3. Une nouvelle extension qui permettrait beaucoup de choses pour les futurs appareils – Canon n’a pas encore tout dévoilé – et qui offrirait déjà à cet EOS M3 une fonction C-RAW qui compresse (sans perte) les fichiers RAW 14 bit afin qu’ils occupent moins d’espace sur les cartes mémoires (de 30% à 40% en moins).

L’autre première, c’est celle de l’envoi automatique des fichiers sur le smartphone, Canon suivant les pas de Nikon et de son Pictbridge.

Ensuite, l’EOS M50 est surtout le premier boîtier de la marque à intégrer le nouveau processeur d’image Digic 8. Un processeur qui serait à même de corriger de nombreux défauts optiques comme la diffraction, les aberrations chromatiques, etc. et qui serait le plus intelligent jamais créé par Canon en termes d’exposition pour éviter, par exemple, les fronts et autres nez « cramés ».

Mais surtout, il s’agit d’une puce qui gère la vidéo 4K.

Quatre ans après le Panasonic GH4 (et tous les appareils Panasonic sortis depuis) et entre 2 et 3 ans après Sony, Fujifilm et autres Olympus, Canon se décide enfin à intégrer l’enregistrement vidéo 4K dans un appareils grand public. L’EOS M50 peut ainsi shooter des séquences 4K UHD (3840 x 2160 pix) à 24 et 25 i/s, du Full HD jusqu’à 60 i/s et de la HD 720p à 120 i/s. Pas de quoi faire peur à Panasonic pour le moment, mais la partition est (enfin !) suffisante pour tous les usages grand public, voire un peu plus.

L’erreur énergétique

C’est une constante : autant les reflex de Canon sont endurants (encore que moins que chez Nikon), autant les gammes de compacts et d’hybrides de la marque ont toujours souffert de batteries trop faibles – ou de plateforme électronique trop gourmande, voire les deux à la fois. L’EOS M50 n’échappe à cette malédiction familiale et affiche une des endurances les plus mauvaises des hybrides similaires : 235 images par charge selon la norme CIPA. Un mode « éco » vient heureusement à la rescousse de l’appareil pour pousser la valeur jusqu’à 370 clichés. A cette faible endurance s’ajoute le choix de pousser les photos du boîtier vers le smartphone/tablette.

Enfin un prix normal !

L’EOS M5 avait deux défauts que cet EOS M50 veut gommer : il souffrait à la fois d’un retard technologique et d’un prix élevé. Tandis que la nouvelle électronique pourrait corriger la première faiblesse, les gens du marketing de Canon ont d’ores et déjà corrigé le tir côté prix car l’EOS M50 sera disponible avec son optique kit 15-45 mm f/3.5-5.6 IS STM à 699,99 (oui, 700 en fait) euros.

Un tarif super agressif pour un Canon qui comptait jusqu’à présent sur son seul nom pour vendre. Les équipes de la marque japonaise commencent à comprendre que cette stratégie a fait long feu et reviennent à nouveau dans la danse. Une excellente nouvelle. Il ne reste plus au géant de l’image qu’à être un peu plus sérieux sur le choix optique et continuer de rattraper son retard. En attendant les hybrides plein format prévus pour cette année.

Le Canon EOS M50 sera disponible courant mars 2018 à 700 euros en kit avec le 15-45 mm f/3.5-5.6 IS STM à 700 euros. Deux versions seront disponibles : boîtier noir et optique noire ou boîtier blanc et optique argentée.