Et le smartphone qui équipera les policiers est…

Voir un Sony Xperia X ne sera peut-être pas très bon signe. Aux côtés d’Orange, Sony vient de remporter un appel d’offre lancé par la Gendarmerie nationale et la Police nationale

en mai 2016. Dans le cadre de projets baptisés NEO et NEOgend, les deux institutions se feront livrer 67000 Sony Xperia X et 18300 tablettes Xperia Z4. Des produits commercialisés respectivement en 2016 et 2015. De son côté, Orange s’occupera de les équiper en cartes SIM. Au total, le coût de l’opération dépasserait les 50 millions d’euros.

Sony – Le Sony Xperia X

D’après les deux entreprises, les principaux critères de choix étaient la robustesse, la qualité photo et l’autonomie. Trois points mentionnés lors de notre test du Xperia X… au rayon des défauts. A l’époque, nous regrettions une autonomie limitée, une qualité photo décevante et une absence d’étanchéité. Les gendarmes et policiers pourront en revanche profiter de finitions très soignées.

Android, sans surcouche

Orange et Sony annoncent que les smartphones destinés aux forces de l’ordre fonctionneront sous Android, sans surcouche. L’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information s’occupera de les sécuriser, aux côtés d’entreprises privées spécialisées dans la sécurité informatique et la biométrie.

Grâce à ce nouvel équipement, policiers et gendarmes pourront vérifier une identité, la validité d’un permis de conduire ou accéder à des documents dans un « cloud privé sécurisé ». Des fonctions de « remontées anthropométriques » sont également évoquées, sans que l’on sache comment les appareils seront utilisés pour identifier un individu.